05 December 2016

To do list de décembre

Décembre avance doucement, et il est temps pour moi de faire ce que je voulais depuis des mois, et de me rendre à de chouettes activités. Mon programme idéal version végane:

  • Enfin aller chercher ma contrepartie de crowdfunding au resto-snack Les quatre jeudis qui a ouvert à Bruxelles il y a quelques mois et reçoit beaucoup de compliments. Cuisine bio, végétale et sans gluten, desserts inclus, à découvrir le midi.
  • Vite contribuer à la campagne de financement pour Veni Vidi Vegan à Charleroi, dont les arancini nous avaient plu également à 100% Veggie: "petite restauration 100% végane, bio, avec des alternatives sans gluten, respectueuse de l'environnement et  de ses habitants, le plus souvent local et de saison, le tout à Charleroi".
  • Aller au Noël des Animaux organisé au refuge Le Rêve d'Aby dimanche 11 décembre, pour une journée avec enfants tout en douceur et participation. L'événement sera à l'extérieur mais couvert, plusieurs participations alléchantes sont déjà annoncées au programme: "des stands d'information et de cadeaux, un bar avec petite restauration éthique, des visites guidées du nouveau refuge... Sans oublier la traditionnelle présentation de nos animaux ambassadeurs et des rencontres privilégiées avec ceux-ci... L'entrée est bien entendu gratuite ! Un sapin accueillera les cadeaux que vous voudriez y déposer pour Aby et ses amis". La liste de ce qui serait utile se trouve sur le site du refuge.

Voilà qui va nous amener jusqu'à la fin de l'année en deux trois trois clins d'oeil.

Photo empruntée ici

03 December 2016

On a bien fondu à La Grainerie

Ce n'est un secret pour personne: j'adore La Grainerie. L'accueil y est toujours souriant, professionnel et décontracté. La déco est minimaliste et chaleureuseuse. On y trouve en vrac plein de merveilles, dont la levure de bière que les enfants consomment par kilo ou presque. Et tout ce qui sort de la cuisine est à tomber. Alors quand ils ont annoncé trois soirées spéciales fondue (savoyarde, précisent-ils, mais pour moi qui ai grandi en Suisse la fondue c'est forcément celle-là par défaut), et qu'en plus l'un des soirs tombait le jour de l'anniversaire de mon père, nous avons foncé.


Nous avons donc passé une soirée festive à célébrer le patriarche en découvrant La Grainerie ouverte le soir. Le menu était simple: "fondue végétale façon savoyarde, servie avec des pommes de terre grenailles et du pain de campagne de chez Hopla Geiss", accompagnée de bière Brussels Beer Project ou de vin, voire jus de fruit pour les enfants, et comme dessert du pudding de chia avec crème de mangue. Le choix d'une bière comme accompagnement nous a surpris, puristes que nous sommes. Je n'ai pas pu m'y résoudre, mais les hommes à table s'y sont essayés, et leurs papilles ont apprécié.


Le pain est arrivé avec de la roquette et une bonne odeur de frais, chacun son assiette. Les pommes de terre sont venues, petites et coupées, doucement salées, un bol pour deux. Et puis à la place du caquelon familial auquel je m'attendais par réflexe, nous avons reçu des caquelons individuels. Surprenant, mais il faut bien avouer que c'est bien plus pratique et moins stressant pour les enfants - d'autant plus que nous avons appris qu'ils avaient des versions personnalisées... sans vin blanc. Quand je dis que l'accueil est vraiment attentionné là-bas!


J'avoue, j'avais des craintes. Ma patrie d'origine ne badine pas avec la fondue, la recherche du mélange le plus crémeux et le plus goûtu y est un des plaisirs d'hiver. J'avais donc des souvenirs - je parle purement du côté gustatif, le contenu de la fondue au fromage de lait de vache me répugnant totalement aujourd'hui - intenses et peur de les confronter à une adaptation fade ou trop à côté de la plaque. Il y avait aussi le risque que cela soit trop éloigné de la version "officielle" pour nos commensaux qui ne sont pas végéta*iens mais sympathisants. C'était aussi une grande première pour les petits V qui découvraient le concept de fondue, et pour nous qui n'en avions plus mangé depuis notre entrée dans le véganisme il y a huit ans de cela. 


Et bien surprise, c'était délicieux! Enfin, ce n'était pas vraiment une surprise, puisque tout est délicieux là-bas comme je le disais dès le départ. La texture était légèrement plus compacte, et demandait de tourner vivement chaque morceau de pain ou de pomme de terre, mais sans que ce soit embêtant. La couleur était très encourageante, le crémeux bien rendu. Quant au goût, un vrai choc: sans être complètement pareil, c'était assez approchant de mes souvenirs tout en apportant une touche corsée très intéressante.  Nous avons évidemment joué au jeu de piste: qu'y avait-il dans nos délicieux caquelons? Du miso blanc, des noix de cajou, de la levue de bière, de la moutarde, quelque chose de fumé,...? Nous n'avons pas demandé, pris dans nos festivités, mais la cuisinière détient là une recette qui mérite d'être affichée!


Petit V, qui pourtant rechigne à goûter des choses nouvelles, a tenté l'expérience avec plaisir - le mot "fromage végane" lui a fait tout de suite envie, lui qui est un inconditionnel du Wilmersburger, de Violife et du Prosociano! Il a adoré, et bien dévoré, du haut de ses 4 ans. Mlle V a apprécié les premières bouchées, puis plus vraiment. La fatigue n'a probablement pas aidé, nous les avions exceptionnellement emmenés déroger à leur heure de coucher un soir d'école... Le dessert était également délicieux, avec une texture de pudding aux graines de chia parfaite - je suis admirative, je n'arrive jamais à les réussir -, même si pour nous après une si bonne et délicieuse fondue il n'était pas indispensable.


Nous espérons que de telles soirées de découverte se renouvelleront à La Grainerie, car c'était une expérience un peu magique. La déco est encore plus jolie le soir, nous en avons profité pour refaire des stocks de levure de bière, huile d'olive et pâtes disco, et les découvertes gustatives y sont de vrais plaisirs. Les deux autres soirées fondue sont déjà complètes, mais sait-on jamais...

12 November 2016

Un quartier de dégustations

Hier, plusieurs enseignes à Ixelles proposaient des événements ou dégustations spéciales à l'occasion de ce vendredi férié. Comme les trois propositions se trouvaient proches les unes des autres, l'idée est venue de les enchaîner. Il n'a pas fallu beaucoup pour convaincre les enfants de s'y déplacer, qui ont tout de suite été enthousiastes à l'idée de se goinfrer en version végane. Ce n'est pas pour ça qu'ils se sont dépêchés cependant, l'attrait du pyjama qui joue étant apparemment égal à celui du sucre et du chocolat...


Premier arrêt: Vegasme. L'offre du jour: Vegan Hot Dog Day! En bonus, "notre crêpière étant enfin arrivée, nous vous proposerons, en guise de dessert, des crêpes sans gluten au chocolat home made". Miam. Mais... à notre arrivée, nous découvrons un magasin bondé, le succès a été bien au rendez-vous. Et grâce à mes petits V bien lents, à l'heure où nous ouvrons la porte il ne reste plus qu'un seul hotdog! 


Pas de souci pour les petits, qui préfèrent les crêpes. J'ai donc la chance de recevoir ce dernier trésor... que mes enfants me pillent immédiatement évidemment! Du coup quand j'ai l'idée de photographier mon hotdog, il n'en reste plus une miette, en dehors de celle tombées malencontreusement sur le sol. Pendant qu'on attend une nouvelle préparation de pâte à crêpes, nous recevons une petite barquette de frites, et j'en profite pour faire mes petites courses comme je peux entre un Mini V qui tente de foncer vers la crêpière brûlante et les frigos vidés par le public au rendez-vous.


Nous discutons aussi avec le gentil responsable de ces délices ronds et sucrés, et quand elles arrivent enfin les crêpes nous prouvent qu'elles valaient la peine d'attendre. Mes enfants les préfèrent sans rien, ni sucre, ni coco chocolat, ce sont des fous furieux. Connaissant les étapes suivantes, c'était plutôt une bonne chose. C'est très chaud, on double triple les couches de protection des doigts, et ils se régalent doucement. J'en ai goutté un mini-coin, et c'était délicieux. Il y a même une de leur copine qui passe devant la vitrine, finit par rentrer dire coucou avec son frère et sa maman. L'ambiance est à la détente - enfin, sauf quand j'essaie d'empêcher Mini V de courir partout.


Deuxième arrêt: La Grainerie. Aujourd'hui était annoncé un Tea-Time avec carrot cake et glaçage de cajou; tarte crue vanille et "chocolat blanc"; et gaufres chaudes à la farine d'épeautre (sucre, sirop d'érable ou coulis chocolat). Les petits V avaient tellement apprécié les gaufres lors de leur première dégustation il y a quelques mois, nous ne pouvions pas manquer ça. En plus, maintenant que le coin snack est bien en place, s'y installer est un vrai plaisir, comme testé pour le brunch récemment avec Mlle V.


Pour éviter les coulis qui se retrouvent à décorer les vêtements par distraction, j'ai orienté la next gen vers la version des gaufres au sucre, et ils ne se sont pas faits prier. Un petit jus pomme et gingembre pour accompagner tout ça, de la lecture disponible surplace en attendant, des sourires à la jeune femme avec qui nous partageons la table (j'étais seule avec les deux petits monstres, avais-je oublié de le préciser?), et un bonheur visible lorsque les plats sont arrivés.


Comme de mon côté je mange relativement proprement, et comme je m'étais fait vampiriser mon hot dog à l'étape précédente, j'ai craqué pour la gaufre au coulis de chocolat, et je n'ai pas boudé mon plaisir. Vous le croyez si je vous dit que mes petits goinfres ont quand même demandé à en avoir quelques morceaux? On va dire qu'ils sont tous les deux dans une période de croissance, mouais... Et puis on a ici aussi fait nos petites emplettes en essayant (surtout Mlle V et moi) de ne rien casser, et puis ils ont longuement raconté leur vie, et puis on est enfin repartis.


Après moult hésitations, j'ai accepté de passer chez Upper Organic tester leurs jus, à la demande des enfants. Cette enseigne se fait désirer depuis des mois, propose des cures en ligne depuis le printemps, et a maintenant ouvert ses portes avenue Louise avec en bonus des petits mets crus. C'était sans appel le lieu le moins adapté à des enfants crevés en fin de journée que nous avons visité aujourd'hui. Inutile de dire que j'ai essayé de faire vite, malgré mon envie de discuter des possibilités de cures et autres avec les responsables.


Du coup, on a goûté les quelques propositions: des crackers de graines, des chips de kale, du pain essénien, le tout délicieux. Les petits shots de jus proposés permettaient de se faire une bonne idée des possibilités. Mlle V a adoré le jus vert contenant de la spiruline - son grand plaisir depuis qu'elle a découvert cette algue dans un shot vert récemment - et Glow Me, un jus de fruits divers bien jaune. Mini V a tout bu avec plaisir, le coeur ouvert, et moi j'ai également apprécié les diverses possibilités. J'ai juste évité leur lait végétal Yu-Kao malgré l'attrait du cacao: en effet, il s'agit d'un de leurs rares produits qui contient du miel.


J'ai attrapé deux-trois petites choses à consommer plus tard, payé, et je suis partie rapidement. Clairement, il faut que je revienne calmement, sans enfant, pour pouvoir en profiter sans me sentir comme trois éléphants dans un magasin de cures de jus. Upper Organic vient d'ouvrir, on leur souhaite le meilleur.

De notre côté, nous sommes rentrés retrouver Mister V et notre traditionnel film familial du vendredi soir. C'était une bonne journée. La prochaine fois je prends un autre parent avec moi, pfiou.

06 November 2016

Mes petites inspirations #28

Voilà bien longtemps que je n'avais plus compilé les quelques petites choses qui m'ont inspiré dernièrement. Pourtant j'aime bien les listes, et cela permet de partager ou de regrouper des liens intéressants - ou du moins qui me le semblent - en un même endroit. C'est parti, donc, pour un tour d'horizon des dernières inspirations.
  • Une vidéo de Maman végane qui commente les remarques que l'on reçoit en tant que parent végane sur le fait "d'imposer" son véganisme à nos enfants 
Et une interview sur iamvegan.tv du Dr. Jérôme Bernard-Pellet, médecin nutritionniste, au sujet du végétalisme à tous les âges de la vie:

 

03 November 2016

Insolente Veggie, la copine qu'on aimerait tous avoir

Quoi, hein, comment, on est déjà le 3 novembre? Ouhla, mais c'est une date importante, ça, et j'allais la laisser filer! Aujourd'hui sort en librairie le deuxième recueil de Rosa B., plus connue sous le nom de Insolente Veggie. Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, on va faire court: il  faut. La connaître. Enfin son travail en BD sur le spécisme, au minimum.

Rosa B., c'est une magicienne qui transforme en quelques cases des messages forts, qui ne manque pas d'auto-dérision, qui prend parfois du recul, qui a toujours de l'humour. C'est mordant, mais avec plus de finesse qu'un (très bon aussi) Vegan Sidekick. Et pui ici les dessins sont soignés, ils ont une âme, et ça donne encore plus envie de lire.

Le premier tome, sorti en novembre 2015 sous le titre Insolente Veggie - Une végétalienne très très méchante, était déjà un excellent concentré de ses billets publiés sur internet. On s'y amusait bien tout en poussant la réflexion plus loin qu'un simple concept alimentaire - car pour beaucoup le végétalisme est centré uniquement sur la nourriture, et ici on parle bien de véganisme, avec son inséparable anti-spécisme.
On y retrouvait sa patte (oui, bon, hein) si juste et son talent pour faire ressortir les paradoxes de nos cultures quand il s'agit des animaux ou ceux des ovo-lacto-végétariens en quelques images acérées.

Quand j'ai appris qu'un deuxième livre allait sortir, je l'ai tout de suite mis sur ma liste de je veux je veux je veux. Et j'ai mis la main dessus dès que j'ai pu. Et je peux annoncer avec joie qu'il est encore meilleur que le précédent - si, si, c'est possible, moi aussi ça m'a surprise. Déjà, il a un vrai titre: L'antispécisme, c'est pas pour les chiens. On y retrouve donc dès la couverture tout l'humour de cette auteur.

Difficile d'en parler sans tout en révéler. Je voudrais vous en montrer toutes les pages, mais bon évidemment je ne peux pas, et puis ça ne se fait pas. Je peux par contre vous dire qu'elle y aborde des thèmes à la fois simples et complexes comme le véganisme (évidemment), l'écologie, le carnisme et le spécisme, l'élevage et l'abattage, les corridas et autres joyeusetés, et le quotidien des véganes. D'ailleurs comme on est probablement entre nous ici, rien ne vaut une (mauvaise) photo pour vous montrer une page qui m'a bien fait sourire par sa justesse et son honnêteté


Quand elle a annoncé qu'elle dédicacerait celui-là en avant-première au salon VeggieWorld le jour où j'y allais, j'ai fait des petits bonds de joie. Et c'est ainsi que je me suis retrouvée avec dix minutes d'avance devant le stand des éditions La Plage, à découvrir cette femme incroyable si simple et sympa, et à comprendre que je lui faisais démarrer sans le vouloir les dédicaces en avance - une file a commencé tout de suite à se former derrière moi. Et donc, en toute logique, en rencontrant la célèbre IV, alors que dans mon salon je me dis que c'est la copine qu'on aimerait avoir, et bien j'ai bafouillé quelques banalités à propos de nos enfants et du restaurant B12, et que j'ai été d'une platitude à faire peur. Mais je me console en me disant que j'ai eu la toute première dédicace de L'Antispécisme, c'est pas pour les chiens. Et ça, c'est chouette. 

Bon, évidemment, elle en avait sûrement déjà signé pour ses copines...

01 November 2016

Les petits plaisirs #13



Nous sommes retrournés chez Moonfood, et tout a changé! L'ancien pop up de jour spécialisé dans le cru est maintenant installé de façon permanente, a élargi ses horaires et a introduit le cuit au menu.  C'est maintenant un buffet où l'on choisit ses délices, puis l'on paie selon le poids de l'assiette. Et c'est toujours aussi bon.



Ce n'est pas alimentaire mais cela m'a bien nourri l'âme. Rain (Live) de Anne Teresa De Keersmaeker. Une expérience qui fait vibrer à l'intérieur - émotion... 



Dans la famille des bons plats de Sinstreetfood, je demande le menu burger: un burger mexicain aux haricots rouges, et deux accompagnements.



La Reine des Neiges et Spiderman devant le buffet d'anniversaire de Mister V. Avec des feuilletés au pesto puttanesca, d'autres au pesto de coriandre, quelques-uns aux saucisses véganes, des crudités à tremper dans du houmous, des "sushis mexicains", une salade de pâtes avec de la roquette et des tomates cerise, des olives, un taboulé bien citronné, des cubes de Wilmersburger,...



En mode apéro dînatoire avec des amis avant une partie de Andor qui s'emmêle un peu dans les règles du jeu. Le guacamole se cache un peu, mais ça ne l'a pas empêché d'être délicieux.



Le divin burger du foodtruck Viva Vega Loving Hut, en version sauce tartare. Moi qui croyais ne pas aimer les betteraves, ici elles se mélangent parfaitement au tout.



Imrovisation sur la recette de gâteau au yaourt de Marie Laforêt: dans des moules à cupcakes, ajouter un carré de chocolat au milieu, et hop.


Mister V a préparé un dessert à base de pétales de maïs, beurre de cacahuètes et pépites de chocolat... Une recette pour l'hiver, ça colle aux doigts et c'est trop bon.


Tofu brouillé et algues hijiki à La Grainerie. Ici aussi il y a du croquant, et c'est délicieux. Mlle V m'en a d'ailleurs piqué la moitié...
 


Dahl de lentilles jaunes au lait de coco à La Grainerie. C'est l'assiette de Mlle V, mais elle m'a laissé goûter. L'idée de mettre des pois chiches croquants en bonus, c'est du génie. 



Toujours à La Grainerie - ça se voit qu'on est allées y bruncher entre filles? -, un brownie aux haricots azukis et caramel de lucuma. Du coup, en se régalant de chocolat, Mlle V s'écrie à chaque fourchette: "Par ici les vitamines"! On reviendra, mais on devra amener les garçons avec nous la prochaine fois.

24 October 2016

Premières lectures: Libérez-nous

Je ne sais plus trop comment j'ai découvert ce livre, mais je me souviens que c'était complètement par hasard. Publié chez Pastel, cet ouvrage de Patrick George n'a pas le moindre texte, ce qui est bien pratique pour des enfants ne sachant pas encore lire. Le principe est tout simple, mais il fallait y penser.

Pour chaque double page, un animal est présenté. La page de gauche et la page de droite sont composées d'un simple décor. La page en plastique transparent qui les sépare contient un animal. Suivant de quel côté la page plastifiée est posée, l'animal se trouve dans une situation d'oppression par les êtres humains ou dans son habitat naturel.


Bien évidemment, le livre n'est pas sans limite. Il ne présente que les cas admis dans la société en général comme étant de la cruauté envers les animaux, et aborde à peine le cas de ceux utilisés pour la consommation humaine ou pour l'habillement - certes on parle des crocodiles, mais on conviendra qu'il ne s'agit pas de l'exemple le plus quotidien... 
Cependant, c'est une approche intéressante qui peut sensibiliser les tout petits sans grand discours ni visuels chocs, en montrant des moments simples dans un graphisme sobre. L'occasion de les laisser développer leur réflexion propre face à ces situations, sans discours pour les diriger.


Cela peut également servir de point de départ pour des familles non sensibilisées à la cause animale. Chez nous, c'est un des classiques en voiture. Et oui, quand on doit faire des trajets plus ou moins long, on met toujours quelques livres à disposition des enfants. Mlle V est maintenant une lectrice indépendante, mais Mini V du haut de ses 4 ans ne lit pas encore de textes seul. Il aime donc soit retrouver des histoires qu'il connaît déjà, soit profiter de livres sans mots. Au milieu de ses Petit Poilu et autres Anuki, nous avons donc glissé celui-ci, sur lequel il plisse régulièrement les yeux...


Présentation de l'éditeur:
Un tigre tapis ou un tigre qui joue ? Une tête de cerf au-dessus de la cheminée ou dans les bois ? ne tortue capturée dans un filet de pêche ou qui pond ses oeufs dans le sable ? 10 000 poules sans lumière ou qui picorent près du lapin ? Des chaussures de luxe ou un crocodile dans la mare ? Un dauphin qui fait le show ou qui plonge avec ses frères dans la mer ?

On peut en découvrir plus d'images ici.

Patrick George
L'école des Loisirs
Collection Pastel